Marie, Fille du Roy

Les Filles du Roy arrivent en Nouvelle-France.

Les Filles du Roy arrivent en Nouvelle-France.

Marie n’a rien à perdre. C’est ce qu’elle s’est dit en s’embarquant sur le Prince-Maurice en juillet 1671 en direction de la Nouvelle-France. Orpheline de père et sans le sou, elle était condamnée à finir ses jours dans un couvent de bonnes soeurs.

Elles sont bien bonnes, les soeurs, d’avoir pris soin d’elles toutes, ses consoeurs et elle, mais Marie aspire à autre chose. Là-bas, elle sera libre, elle se fera une vie à elle, une famille à elle.

Elle a quand même peur. Elle laisse sa mère sur l’autre continent, et des frères et soeurs qu’elle ne reverra sans doute jamais. L’espoir est ailleurs, dans ce monde inconnu qui l’attend.

La traversée est difficile, la mer houleuse. Beaucoup de filles sont malades, et dans la crainte de voir sa vie s’achever ici, Marie doute par moments d’avoir pris la bonne décision. En même temps, avait-elle vraiment le choix? Qu’aurait-elle pu faire d’autre?

Si elle avait su ce qui l’attendait, elle aurait douté encore plus. Quand on part à l’aventure, mieux vaut ne pas penser aux épreuves qui nous attendent. Elle épouse un homme qu’elle connait à peine — aucune garantie sur son tempérament — et leurs affinités se limitent à l’effort de survie et à l’espoir d’un avenir meilleur.

Mariée à André en octobre, elle s’affaire avec lui à préparer leur nid, déboiser, solidifier l’abri, et surtout semer et rendre la terre accueillante pour les légumes et céréales dont ils ont besoin pour leur subsistance et celle de leurs enfants.

Fille de la ville, elle doit apprivoiser à la fois son homme et la vie rurale, où tout autour il n’y a que bois, terre, rivière, et quelques voisins à plusieurs miles à la ronde, sans compter les attaques possibles d’Iroquois. Et ce froid…

Marie fait partie des 764 Filles du Roy venues peupler la Nouvelle-France. Les Québécois, en grande majorité, ont au moins une Marie, une Jeanne, une Catherine, issue de cette grande migration, parmi leurs ancêtres. Sans elles, sans leur courage, nous ne serions pas ici.

J’ai assisté récemment à une rencontre sur le sujet, menée par Éric Bédard, avec Danielle Pinsonneault comme invitée. On y apprend l’essence de ce qui a animé les Filles du Roy: qui elles étaient, d’où elles venaient, comment elles ont vécu. Je vous suggère d’attraper la diffusion de l’émission qui aura lieu sur Matv au cours de l’année. Ces femmes valent la peine d’être mieux connues.

Une association, la Société d’histoire des Filles du Roy, fondée en 2010 et dont fait partie Mme Pinsonneault, a d’ailleurs pour mission d’approfondir nos connaissances à leur sujet.

La beauté de la technologie est qu’il est de plus en plus facile d’accéder aux actes civils numérisés et ainsi, de remonter le cours de notre arbre généalogique, particulièrement au Québec où ils ont été bien conservés.

Vous pouvez entre autres remonter le temps avec Ancestry.ca qui vient d’acquérir de nouveaux actes notariés de la Bibliothèque et archives nationales du Québec (BANQ), son partenaire.

Vous pouvez également consulter, et ce gratuitement, des banques de données auxquelles tous contribuent, comme Mes Ancêtres. Attention, toutefois… Assurez-vous que les sources sont fiables car des erreurs peuvent facilement se glisser.

Pour commencer votre recherche, il suffit d’entrer le nom de vos arrière-grands-parents, paternels ou maternels, et vous avez de grosses chances de voir apparaitre l’acte de mariage où est inscrit le lieu et l’année de leur mariage, mais également le nom des parents des mariés. Et ainsi, d’acte en acte, vous pourrez remonter aux sources.

Tous ces premiers arrivants ont influencé fortement notre propre parcours, pas tant par leurs gènes que par leur culture, leur façon de voir la vie et de s’y adapter. Ils et elles sont une grande part de notre identité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *